Article de presse du Dauphiné de l'été 2009



Il faut sauver le Gypaète barbu
envoyé par Ptite_Mule. - Découvrez plus de vidéos d'animaux.

Avec la constitution du réseau Natura 2000, l’Europe s’est lancée dans la réalisation d’un ambitieux réseau de sites écologiques dont les deux objectifs sont : préserver la diversité biologique et valoriser le patrimoine naturel de nos territoires.

Le massif du Bargy est un site classé Natura 2000.



Le gypaète barbu est un rapace appartenant à la catégorie des vautours. Il peut atteindre une envergure de 2,80 m et atteindre 45 ans de longévité en captivité.
Deux couples de ce vautour vivent dans la chaîne du Bargy et des Aravis, d'où la dénomination de notre trail qui se veut proche de la nature.


Focus sur cet animal exceptionnel

Alimentation

Le gypaète barbu fait parti de la classe des vautours, charognard, il est appelé aussi "casseur d'os" puisque près de 70 % de son alimentation est basé sur la consommation de fragments d'os. Il a la particularité de lâcher les plus gros os sur des zones dites "pierriers de cassage".

Il en récupère ensuite les fragments pour se nourrir. De plus on peut l'apercevoir près de troupeaux lors de la saison des mises bas se nourrissant de carcasses d'animaux morts.

Habitat et population
Les gypaètes barbus vivent généralement en couple ou en trio dans des régions montagneuses avec un climat dit "rigoureux". Le domaine vital d'un couple de gypaètes est de superficie variable allant de 100 et 750 km2 dans les Alpes, 300 km2 en moyenne dans les Pyrénées et en Afrique du Sud.

Leur population fut réduite à quelques individus au début du 20ème siècle. Il fut réintroduit dans les Alpes en 1986 avec notamment 170 animaux lâchés entre 1986 et 2010. On peut alors recenser aujourd'hui une centaine d'individus dans les Alpes.

Nidification

Les couples de gypaètes créent généralement plusieurs aires (nids) sur leur territoire, situées dans des niches de falaises inaccessibles et protégées contre les intempéries. La construction des nids se fait en automne. Ceux-ci se composent de branches, d'herbes, de laine de mouton et de poils d'origine animale. La femelle pond en général deux oeufs, mais élèvera seulement un seul poussin, ce deuxième oeuf augmentant les chances de réussite de reproduction, naturellement faible chez cette espèce.

Le petit naît au printemps lors de la fonte des neiges lorsque la nourriture est abondante. Il s'envole en été et peut parcourir de très longues distances. Quelques années après, il s'installera sur un territoire pour se reproduire à son tour.